20 au 25 octobre 2020
26 Oct 2019

SH – Demi-finales : Jonatan Christie, l’après Hidayat ?

Il fut un temps où l’Indonésie régnait sur le badminton mondial. Mais depuis la retraite du célèbre Taufik Hidayat, aucun joueur n’a réussi à réellement s’imposer sur la scène mondiale du simple homme. Et si Jonatan Christie relevait le défi ?

Si quelques joueurs indonésiens en simple Hommes réussissent des performances, brillent sur quelques compétitions, ils restent souvent dans l’ombre des champions chinois, ou plus récemment japonais. Avec deux joueurs engagés en demi-finale, il était peut-être temps pour l’Indonésie de se refaire une place dans le gratin mondial avec un nouvel Hidayat ? Jonatan Christie, peut-être ? Vainqueur de Viktor Axelsen dans une fin de match d’anthologie, il affrontera en finale le champion olympique Chen Long, tombeur de son compatriote Ginting.

Jonatan Christie : la remontada magique !

Aujourd’hui c’était plus qu’un match, c’était un véritable combat. Jonatan Christie, représentant l’Indonésie, est tête de série 6. Le Danois Viktor Axelsen, dernier joueur européen, est tête de série 7. Un rien sépare les deux joueurs au classement actuel mondial. Et un rien a séparé les deux joueurs pour le dénouement de cet affrontement d’anthologie.

Mis en confiance très rapidement, Viktor Axelsen a pu jouer sereinement. On le sentait détendu, paisible dans ce 1er set. Encouragé par tout Coubertin à grand coup de « Viktor ! [clapclapclap] Viktor ! [clapclapclap] » ou de « Let’s go Viktor, let’s go ! », le héros danois a régné sans partage sur la première partie du set (11-1 à la pause). En totale réussite sur tout ce qu’il entreprend, Axelsen n’a pas laissé une seule chance au pauvre Indonésien dans le 1er set qu’il remporte 21-7. Un vrai massacre !

Mais pour ceux qui ont suivi la compétition, vous savez que Christie n’a pas pour habitude de s’incliner en deux sets face à un Danois. Anders Antonsen en avait fait les frais la veille. Eh bien rebelote ! Car l’Indonésien est cette fois parvenu à prendre un bon départ et à finalement conclure dans un money time serré (22-20).

Le 3ème set aura offert une belle scène de fair-play et d’amitié entre les deux joueurs. En effet sur une contre-attaque au filet remportée par Axelsen, Christie est persuadé que le Danois a touché le filet avec sa raquette. Après de grandes contestations, négociations avec l’arbitre, cris exaspérés de la foule, c’est finalement Axelsen lui-même qui est venu gentiment donner l’accolade à son adversaire pour régler le diffèrent. Christie se rend à la décision arbitrale et le jeu a pu reprendre. 

Mais quelque chose clochait… un détail que certains ont remarqué rapidement : Viktor Axelsen commençait à boiter. Il a commencé à essayer de gagner du temps, à prendre de nombreuses pauses, il a fait appel au médecin de la compétition… Quelque chose n’allait pas ! Le Danois, menant 19-11 dans le set décisif, s’est mis à grimacer de douleur. Christie a alors cessé ses offensives, il a joué avec patience et lucidité, conscient de la blessure de son adversaire. Mais quelle remontada incroyable ! Il a marqué un point, puis deux, puis trois… jusqu’à revenir à 19 égalité ! Axelsen connaissait le dénouement… Blessé, il a laissé filer la victoire et c’est donc bel et bien Jonatan Christie qui jouera demain en finale (7-21 / 22-20 / 21-19).

A la sortie du match, le Danois est immédiatement parti à l’infirmerie

Quelle victoire de Jonatan Christie : « Je ne sais pas trop comment j’ai réussi à gagner. Je n’ai juste jamais abandonné. J’ai réalisé que Viktor souffrait lorsqu’il menait 19-10 donc j’ai de faire des rallyes et de ne surtout pas attaquer. Des routines : long, court, long, court. Et ça a marché ! »

Demain il affrontera le vainqueur de l’édition passée, Chen Long : « L’année dernière j’avais perdu contre Chen Long lors des quarts de finale. Il m’a déjà battu sept fois donc je vais devoir tout donner. Je vais me battre pour gagner cette finale ! »

Ginting n’était pas loin

Un autre Indonésien avait aussi une place à disputer aujourd’hui : Anthony Ginting, dont on pensait il y a quelques années qu’il était le nouvel Hidayat, n’avait ni plus ni moins que le champion olympique en face de lui. Chen Long n’a pas perdu un seul set depuis le début du tournoi, en plein forme olympique, c’est le cas de le dire. Mais Ginting est en confiance depuis sa victoire éclatante de la veille face au n°1 mondial Kento Momota.

Dans un premier temps, le joueur chinois a démontré tout son talent en accélérant un jeu déjà très offensif, mettant ainsi Ginting en retard. Quelques fautes directes de l’Indonésien dans le money time, sûrement dues à la fatigue accumulée, et le champion olympique remporte le 1er set (21-19).

Mais Ginting, soutenu par beaucoup de supporters indonésiens comme français, a cependant su trouver les ressources pour rebondir après la perte de ce premier set. Il a mené 11-6 à la pause mais trop irrégulier et fébrile, il a laissé finalement laisser le Chinois revenir puis s’imposer. L’Indonésie y a cru mais c’est bel et bien Chen Long qui accède à la finale (21-19 / 21-18) de cette édition 2019 des Yonex IFB pour défendre son titre.

Toujours très optimiste et souriant, Anthony Ginting accepte sa défaite : « J’ai essayé de jouer le mieux possible. J’ai eu une opportunité dans le deuxième car je menais de 4 ou 5 points mais j’ai commis beaucoup trop de fautes et j’ai permis à Chen Long de pouvoir terminer les points. ».

A l’affiche de la finale de demain : Jonatan Christie va tenter de rendre toute sa gloire au simple homme indonésien en affrontant le vainqueur de l’édition 2018 Chen Long. Battu par sept fois, il espère que Coubertin lui portera chance.

Dès demain, suivez les rencontres sur les réseaux sociaux de la Fédération Française de Badminton : FacebookTwitter  Instagram ainsi que sur notre application.

Crédit : ON L’Agence | Mentions légales | Crédit Photo : ©FFBaD / BadmintonPhoto