20 au 25 octobre 2020
24 Oct 2019

SH – Huitièmes - Le Danemark a fait mal au Japon

Tous les Danois engagés ce jour en Simple Messieurs avaient un point commun : un adversaire japonais. Vittinghus a eu le plus gros morceau : le champion du monde en titre Kento Momota, et il a livré une bataille aussi épuisante qu’exaltante, sans pour autant parvenir à créer l’exploit. Ça passe en revanche pour Viktor Axelsen et Anders Antonsen alors que dans l’affrontement Chen Long/Lin Dan, c’est le plus jeune qui l’a emporté.

Vittinghus tout près de la performance

Certainement LE match de la journée : le duel Momota/Vittinghus. Le Danois, impatient depuis mardi, savait qu’il avait une carte à jouer : lui en pleine forme et surboosté, son adversaire éreinté par toutes les finales enchaînées. S’il voulait pouvoir battre le champion du monde, c’était aujourd’hui, à Coubertin.

Et il n’a pas perdu de temps ! Il a commencé avec un jeu très rapide, offensif et n’a pas laissé le Japonais reprendre son souffle. Après avoir mené 11-4 à la pause, le Danois se fait remonter et doit jouer à 100% de ses capacités pour emporter le premier set 21-17.

Il en a envie Vittinghus ! Oh comme il en a envie de cette victoire ! Et tout le public présent à Coubertin en a envie aussi. Le Danois n’a pas relâché son jeu et a joué avec toujours autant d’énergie. Le Japonais n’est pas loin mais semble moins affûté. La détermination du joueur danois est infaillible. Il l’avait annoncé : s’il devait battre le n°1 mondial, c’était maintenant, et c’était ici ! Mais il commet deux fautes directes dans le money time qui permettent au Japonais de résister et d’accéder au 3ème set.

Et la dépense d’énergie lors des deux sets précédents a beaucoup pesé. Exténué, H. K. Vittinghus doit s’incliner face à un Momota qui, lui aussi, ressort épuisé. Le Japonais accède donc aux quarts de finale : 17-21 / 21-19 / 21-4.  

Diminué physiquement, le Danois ne regrette rien : « Actuellement je vais être franc, je me demande juste comment je vais pouvoir survivre à un tel match. Ma jambe me fait mal depuis le deuxième set. Forcément déçu et un peu triste mais je n’ai rien à regretter. […] C’est un top player et j’ai fait plusieurs fautes, surtout dans le money time. A la fin du 1er set, j’y ai cru mais dans le deuxième set, quand je me suis blessé à la jambe droite, je n’ai pas pu jouer aussi bien que dans le 1er. J’ai continué de me battre et j’ai essayé de faire tout ce que je pouvais. Ce que j’ai fait d’ailleurs ! Je n’aurais pas pu faire plus que ça."

Danemark/Japon : 2 à 1

L’affrontement Vittinghus/Momota n’aura pas été le seul match entre Danemark et Japon. Les jeunes solistes Axelsen et Antonsen ont aussi eu affaire à des adversaires du pays du soleil levant avec davantage de succès que leur aîné.

Viktor Axelsen est un grand joueur (1m94), on le sait, mais souvent blessé cette saison on aurait pu le croire diminué, loin de son niveau d’il y a deux ans. Pourtant il a littéralement surclassé le pauvre Japonais Tsuneyama dans un premier set à sens unique (21-9). Plus fébrile par la suite, il a alors été surpris par la vitesse de jeu d’un Japonais qui n’avait rien à perdre mais tout à gagner et qui s’est imposé 21-11. Le géant danois est finalement parvenu à s’extirper du piège japonais 21-9 / 11-21 / 21-15.

Viktor Axelsen : « C’était vraiment une victoire difficile. J’ai beaucoup joué la semaine dernière et les compétitions s’enchaînent très vite. Je pense que beaucoup de joueurs qui ont fait de gros résultats dernièrement vont montrer des signes de fatigue. A la fin du 3ème, je jouais beaucoup mieux sur certains points et j’ai réussi à me redresser et à trouver l’énergie qu’il me fallait donc c’est vraiment une bonne chose. »

Difficile aussi pour Anders Antonsen. Dans un deuxième duel Danemark/Japon, le jeune Danois a dû batailler en deux sets très serrés face à Kenta Nishimoto. Mais le Danois, plus offensif et plus en jambes, s’impose finalement 21-19 / 21-18. Direction les quarts de finale.

Chen Long / Lin Dan : un match sans saveur

C’était le match le plus attendu de la journée. Nombre de spectateurs sont restés tard dans la soirée pour assister au duel des légendes. Un duel aux allures de qualification olympique entre les deux stars chinois Chen Long et Lin Dan.

Dès l’entame du match Chen Long a pris les devants. Menant rapidement au score, il a contrôlé le premier set de bout en bout. Lin Dan n’a pu que courir derrière le score, grapillant quelques points de temps en temps, mais pas suffisamment pour s’imposer. 21-15 pour Chen Long.

Le deuxième set, plus accroché, a mis en lumière l’écart d’âge entre les deux joueurs. Si techniquement ils sont d’un niveau égal, les quelques années de plus de Lin Dan lui ont été fatales. Il laisse donc son cadet atteindre les quarts de finale sur le score de 21-15 / 21-16.

C’était peut-être les derniers Yonex IFB pour la légende chinoise qui a donc quitté la compétition sous les applaudissements du public.

 

Enfin, Jonathan Christie s’est fait peur. Opposé aujourd’hui au joueur de Hong-Kong Lee Cheuk Yiu, 30ème mondial, l’Indonésien a eu besoin de trois sets pour se qualifier (17-21 / 22-20 / 21-15). Tête de série 6, Christie affrontera Anders Antonsen, la tête de série 4, demain en quart de finale.

C’était un match plus que serré, et à l’issue incertaine, entre le représentant de Hong Kong, Ng Ka Long Angus, et celui de Taïpeï et tête de série n°2, Chou Tien Chen. Après avoir arraché le 1er set(25-23), Chou a dû concéder le deuxième (21-17) avant de s’incliner dans le set décisif. Ng Ka Long Angus élimine donc la tête de série 2 sur le score de 23-25 / 21-17 / 21-16. Il retrouva demain Viktor Axelsen en quart de finale.

Qualification plus facile en revanche pour Shesar Hiren Rhustavito. L’Indonésien élimine l’Indien Subhankar Day sur le score sévère de 21-6 / 21-13. Promenade de santé aussi pour Anthony Ginting face au Chinois Huang : 21-11 / 21-10.

Retrouvez demain les quarts de finale à partir de 14h au stade Pierre de Coubertin. Momota va retrouver sa bête noire Anthony Ginting tandis que Viktor Axelsen et Anders Antonsen feront tout pour avoir le droit de s’affronter en demi-finale.

Dès demain, suivez les rencontres sur les réseaux sociaux de la Fédération Française de Badminton : Facebook // Twitter // Instagram ainsi que sur l’application.

Crédit : ON L’Agence | Mentions légales | Crédit Photo : ©FFBaD / BadmintonPhoto